KEEP IN TOUCH

SEARCH

Essentiels de l'esthète parisien


Son intérieur...Quand beaucoup ne jureront que par Dyptique ou Ladurée, il préférera une pièce de la collection Kartomancie de Maison by Khol, elle tient dans une pièce de porcelaine de Limoges, s'inscrit au croisement des sens, et possède tout ce qu'il réclame de bon et beau. 

Les flagrances signées de Shyamala Maisondieu - Tom Ford Private Blend, Tom Ford, Comme des garçons -, des matériaux nobles, un design épuré. Elle joue, en plus, du moins se joue, de notre regard, trompe l’œil de ses dessins appliqués à la main et inspirés du Tarot. Khim et Olivier ont sublimé la cire et le parfum, et d'un produit commun, propose une oeuvre d'art, un must à offrir ou à s’offrir.


L'impératrice : “ Avide de pouvoir, mon émotion grande et subtile me conduit au succès, J’élève mon sceptre et j’avance fièrement le regard fixe, Je règne sur les naissances et je me délecte de toutes beautés, Seul l’orgueil me fera vaciller, mais mon cœur restera inchangé Je suis l’Impératrice, puissante et exclusive .” - Myrrhe - Héliotropine - Tubéreuse


  


Son couvre chef ... Et si Stetson, Mayser ou Borsalino n’étaient plus les seules références du chapeau de qualité reconnaissable entre tous ? C’est certainement chose faite avec Big Aristote. La maison chapelière qui habillera ma tête ce printemps et cet été. On est certainement loin de la créativité et de l’extravagance d’un Maison Michel ou d’un Pillip Treacy, mais la ré interprétation du classique est au service de l'intemporel, indémodable. Finalement ce chapeau habille et accessoirise n'importe quelle tenue qu’il s’agisse d’un look color block, d’une longue tunique en soie noire, portée avec des sandales Givenchy inspiration Birkenstock chez Colette (ici), et d’une clutch-bag Valentino à larges bandes (ici), ou simplement d’un costume d'été tout droit sortie d’un défilé Berluti. On y oublie facilement sa tête et on s’habitue à ce ruban bleu, comme on le ferait d'une semelle de Dandy Pik Pik.














De jour comme de nuit...Il assume une féminité sauvage, limite virile. Il ose le sac fourretout en journée, la pochette en soirée, les contrastes de couleurs et de formes. C'est sa fantaisie, essentielle, signée Nicolas Theil. Un créateur de tous les superlatifs, un ovni de l'accessoire qui ferait pâlir la scène mode londonnienne. Paris, la mode ne sont pas morts.

Le galuchat et le croco, le veau et les tissus modernes prennent des formes complexes dans les mains de ces artisans, vives et précises. Chaque pièce est un équilibre entre masculin et féminin, violence et douceur, une ovation à la qualité et à la matière, à la texture. Une pomme n'en n'est plus une. Si Darwin la laissait tomber, l'esthète la portera à son poignet ou à son doigt, la choisira en or ou en croco, noir. Le soir, le Fish bag scintillera, changera d'un classique Boy ou 2.0, s'imposera comme la masterpièce, car c'est ce qu'est définitivment chacune de ces créations. 
 







 
blogger