KEEP IN TOUCH

SEARCH

Beaucoup pour très peu!

Ça me fait toujours sourire d'essayer ces établissements plein de promesses, pseudo-conceptuels, au design tendance, à la communication rodée, avec articles de presse à foison et clientèle wannabe, bref ce genre de restaurants ou de bar où il fait bon d'être vu, et d'aller même si on vous massacre le palais, ou on vous retire toute fierté.

Chez Beaucoup, adresse trendy des modeurs, bobos, et autres happy fews, on aura rarement vu un service aussi PEU professionnel. Obtenir des cuisines un plat chaud ne serait ce qu'un PEU tiède relève du miracle, surtout quand il s'agit de blinis accompagnés d'un gravlax de saumon, plat dont le chaud-froid est de rigueur. Rien de transcendant et la crêpe semble même dater de la veille, impardonnable. Et cette saucisse, qui ne dirait pas non à un peu de moutarde, nage dans le jus des tagliatelles de courgettes qui l'accompagnent plus que dans une sauce, inexistante. Le résultat est PEU esthétique et sans intérêt gustatif. En d'autres termes il n'y a pas d'envolée, aucune recherche, un plat à peine digne d'une cantine d'entreprise. 
Il y a bien de quoi remettre en question la définition du Bon et du Trendy qui court dans les rues parisiennes.
Si nous revenons au service qui, bien que l'on ne s'attende pas à une prestation palace, intègre avec PEU de difficultés le peloton de tête des pires services qu'il m'ait été donné d'expérimenter. Au bar comme au restaurant, les serveurs cultivent l'art d'apporter l'addition, du glissage de carte bleue et de l'arrachage de ticket, mieux que celui de présentation du menu et de service des plats. Vous êtes chanceux s'ils connaissent un quart de la carte, vous fantasmez s'ils en connaissent un tiers. N'espérez pas non plus qu'ils vous expliquent l'assiette de tapas choisis par le chef (formule cocktails + trois tapas du chef), ils restent mystérieux jusque sur la langue, vaut mieux ne pas avoir d'allergies me direz-vous. 
Quant aux cocktails qui ont plus de glaçons, oversize les cubes, que de liquide, alors que le serveur qui vous les amène est dégoulinant de sueur, ils gagneraient à s'inspirer du Balroom. Dommage ils ont faillit passer le cap du sans fautes, ce qui ne serait pas si mal pour un endroit que l'on ne cesse d'encenser.
Seuls points positifs le prix du menu au déjeuner (21 euros) et la déco du restaurant dans l'esprit loft. Le reste on préfère vite l'oublier.








 
blogger