KEEP IN TOUCH

SEARCH

Chargement...

#2: Croissants, food truck, et bistronomie

10h: Même loin de Paris, je ne peux faire l'impasse sur les croissants matinaux, je ne renie tout de même  pas totalement ma culture. Ne me parlez surtout pas de graisses, de régime, de calories ou autres, c'est un rituel, ou peut-être juste une excuse pour prendre d'assaut les Fous Desserts sur l'avenue Laurier (métro Laurier) sans doute l'un des meilleurs croissants qu'il m'ait été donné de manger. Un must-eat pour votre deuxième petit-déjeuner montréalais. 

Une fois le plein de victuailles effectué, non attendez, vous n'avez sincèrement pas pensez vous contenter d'un croissant alors qu'il y a un choix de chocolatines et des Croquants qui supplient d'être savourer, sautez dans un bus 51 qui va vous déposer sur le haut de l'Avenue, et découvrez le Mile-End dans toute sa splendeur. Vous y trouverez bien entendu des restaurants à ne savoir qu'en faire, des boutiques de créateurs, mais en farfouillant sur la rue Fairmount ou Saint-Viateur par exemple vous pourrez apprécier l'hospitalité de la communauté portugaise qui offre quelques baraques et café ou se poser un instant. 
Vous n'aurez pas d'autre choix que de dévorer un ou quelques bagels tout chauds, avec du fromage à la crème, c'est un casse croûte typique. 
Le Boulevard Saint-Laurent, populaire et éclectique, n'est certainement pas la rue la plus chic qui soit, mais il offre un bel aperçu de l'esprit du quartier, un peu hippie, un peu bobo, et très artistique.

















15h: Je n'ai toujours pas pris de rythme, mais ce n'est pas bien grave, l'été tout est permis surtout quand on tombe sur le Food truck de Au Pied de Cochon, le Graal des camions à bouffe, le plus couru, le plus attendu, la succes story d'un concept à peine naissant dans la ville. 
C'est aussi l'opportunité d'essayer ce classique de la restauration québécoise sans les prix qui vont avec. Il y a certes la box à 20$ avec un combo de beigne salé, sucré et poutine au foie gras mais je préfère clairement ne prendre qu'une, oui bon nous nous sommes compris, beigne à la langue de porc, et autres cochonnailles, avec de la moutarde douce, bien qu'une Dijon-miel rendrait le tout meilleur: dont on revient difficilement. 
La poutine au foie gras, servie dans une boite à camembert, ne saura pas satisfaire les amateurs de foie gras, je comprendrais donc si vous ne trouviez pas de quoi s'extasier. Vous avez compris, une ou deux beigne et c'est tout. Il ne faudrait pas non plus que vous ne puissiez pas manger ce soir.









20h: Pas de réservations, ni de prise de tête mais un endroit qui mérite le détour dans l'ancien quartier des fourrures de Montreal, sur la rue Mayor, le Bar Furco. L'endroit a été très peu transformé pour garder son cachet post industriel, avec les poutres monumentales apparentes. Le bar en bois est grand et sinueux, les tables espacées, la lumière tamisée, c'est le genre de places à la mode qui déçoit rarement coté design. Lounge, bruits de conversations, mais pas trop et service courtois au programme. 
Coté carte, on change quelque peu de décor avec une longue corde à linge devant un comptoir en inox, ambiance cantine assurée, mais dans l'assiette je vous rassure on se rapproche plus de la bistronomie que de Sodebo. 




Cuisine de saisons, sans réelle culture mise en avant, je ne peux vous assurer que vous tomberez sur cette tartelette mi-sablée, mi-feuilletée avec une poêlée de champignons, dont la cuisson me perturbe encore, avec des échalotes confites pour la touche sucrée, et une crème aux jalapeños. La superposition des textures, et des saveurs salées et sucrées donnent l'impression en bouche, de manger un plat carné, et pourtant c'est du 100% végétarien. Un peu salée, peu copieuse, mais à inscrire sans aucune hésitation dans les annales. Puis le cheese cake au chocolat, maladroitement appelé tourte au chocolat, ferait pensé à celui du Pintxo, intense, frais, crémeux, c'est un peu ce que l'on attend d'un gâteau au fromage mais en mieux.



 
blogger