KEEP IN TOUCH

SEARCH

Original food at Yen! (7/10)



Et si l'on s'éloignait l'espace d'un diner, des stéréotypes sur la cuisine japonaise, bien sur il y a les sushis et les California rolls mais pas que ça. Pour tout vous dire ce serait dommage de passer à coté d'une gastronomie aussi riche, j'ai donc mis le Yen au sommet de ma liste de restos du week end.


A deux pas du Café de Flore (Comment dé-Flore-r  son porte-feuilles) sur la rue Saint-Benoit, ce restaurant propose de goûter une autre spécialité nipponne: les soba, des pâtes faites maison à base de farine de sarrasin. 




Pas le temps de réfléchir au bol de soupe à 13 euros que je suis déjà assis dans la salle d'un blanc immaculé, au plafond bas et aux meubles de bois clair. Le ton est donné, design minimaliste, japonisant, et murs vierge, il n'y a rien qui puisse nous distraire de nos assiettes, et c'est mieux ainsi.

Au menu entre autres:



Bref des intitulés qui changent totalement du prospectus du jap de quartier, mais qui titillent la curiosité, et la gourmandise. Je jette un coup d'oeil à la table mitoyenne et choisis ce qui me semble être, une soupe chaude de soba et des tempuras de légumes et de crevettes, pas très risqué comme choix, en face Ludovic opte pour des rouleaux de nouilles de sarrasin aux algues, concombre, noix de Saint-Jacques et crevettes.

"La cuisine japonaise n'est pas chose qui se mange, mais chose qui se regarde" J. Tanizaki, c'est donc dans des assiettes traditionnelles de grès brut que nous sont amenés soupes et makis aux nouilles.


Le bouillon est délicieux, comme si on y avait mis de la sauce d'huître, c'est à la fois salé et relevé, certainement la touche de piment japonais que j'ai rajouté. Les pâtes sont tendres, on sent à la texture le grain de sarrasin broyé, c'est de la cuisine artisanal il n'y a aucun doute. Les tempuras de crevettes aux goût légèrement iodé et subtilement sucré, sont fondantes. Les beignets de légumes, asperges vertes, patates douces et aubergines, sont croquants et délicats, des tempuras comme je n'en avais jamais mangé.



Les rouleaux sont certainement différents, nos palais ont été tellement habitués aux sushis au riz vinaigré, que leur texture et leur goût plus subtil peuvent paraitre étranges, mais dans l'équilibre des saveurs, le mélange est appréciable. Petit bémol, il y a plus de nouilles que de Saint-Jacques dont le goût est pourtant plus léger.
Ce sera un diner sans dessert, mais avec la promesse d'y revenir pour essayer d'autres saveurs.



Service: 7 
Cadre: 7
Cuisine: 7
Note globale: 7 


Yen
22, rue Saint-Benoit
75006 Paris
01 45 44 11 18

 
blogger