KEEP IN TOUCH

SEARCH

Où manger, ou pas (Paris)

Paris est en définitive la ville de toutes les contradictions. On parle d'élégance à la française, de gastronomie française, de richesse culturelle; mais en y regardant de plus près, ces caractéristiques ne touchent que 20% de la population au maximum et quelques adresses intéressantes.

Comment parler de gastronomie, quand les palais sont arnaqués par des bistrots auto proclamés ambassadeurs de la cuisine française: FAUX ET ARCHI FAUX. Ambassadeurs du mauvais goût, oui.
Je dirais même qu'ils sont la honte de la cuisine française. Bref disons que Paris est totalement étrangère au phénomène bistronomique qui touche les grandes villes du monde. Petit rappel, la tendance est née dans les années 90 et concilie petits prix et cuisine simple mais de qualité.
Sur 5 "bistrots" essayés en deux semaines, il n'y en a pas un pour sauver l'autre. Mais comme deux hirondelles ne font pas le printemps, j'espère tomber sur quelques lieux réjouissants bientôt.

Alors voici un petit classement du meilleur au moins bon (cliquez sur les noms pour la localisation ou le site internet):



1) Chez les filles ou un service exécrable pour une cuisine acceptable. Les portions sont généreuses et le goût au rendez vous. Petit bémol sur le dessert, lourd.






2) le Lutèce: des plats baignants dans la sauce, brune, la même pour la saucisse d'Auvergne et pour l'Agneau.





3) Café Victoria un service impeccable, une cuisine juste mangeable, fade et un peu grasse. La présentation a dut tomber aux oubliettes.





4) le Petit Chalet, bon d'accord c'est un resto savoyard mais ça ne mérite pas un article entier. Service de qualité et chaleureux mais présentation ignoble et fraicheur des produits discutable. Petite mention pour le Rossini qui, au lieu d'un tournedos, consiste en un steak plié en 2 ou 3 pour donner du volume et le foie gras d'une qualité comment dire? Mediocre. La tarte au pomme qui baigne dans un caramel en bouteille et la mousse au chocolat, certainement en poudre, n'ont rien de transcendants.







5) le Calzerone: inutile.



 
blogger