KEEP IN TOUCH

SEARCH

Pintxo, à la découverte de l'Espagne gastronomique (7,8/10)


En trois semaines je n'ai pas fait l'impasse sur les découvertes culinaires et il y a un restaurant sur lequel je vais m'attarder plus que d'autre.
En effet, j'ai lu pas mal de critiques et d'avis sur le Pintxo. Apres lecture de tout ces commentaires encenseurs, il s'impose à moi d'aller y faire un tour.

En plein quartier résidentiel et aux premiers abords pas très passant, Le Pintxo propose ces équivalents basques et un peu plus copieux des tapas, les pintxos. Vous avez ainsi l'origine du nom.
Passé le sas, on pénètre dans une atmosphère intimiste et cosy.
Oui oui, les quelques oeuvres d'arts aux couleurs chaudes sur les murs de briques rouges, et les bougies donnent au tout un coté sensible et romantique loin de la modernité et de la froideur des tables actuelles.
Et ce n'est pas le service qui déroge à cette impression, il est chaleureux et expert, avec juste ce qu'il faut de convivialité. 





Voilà, mon cerveau est apparemment déjà formé à aimer ce lieu et à s'y sentir bien. 
Le doute s'installe, suis-je réellement objectif, ou juste influencé par tout ce que j'ai pu lire. Pas de panique je suis accompagné d'une personne neutre, mon père, qui porte manifestement le même jugement que moi.

On peut ainsi s'attaquer à la lecture de la carte particulièrement fournie, mais malheureusement l'estomac est bien trop petit pour tout goûter.
Je décide de composer mon souper, du pintxo au dessert sans oublier le vin, cette fois-ci il est hors de question de tromper mes papilles.



Premier pintxo: artichauts, palourdes et jambon serrano, trio d'ingrédients dans un bouillon au citron. Malheureusement il n'y a pas d'équilibre de saveurs dans ce plat, le citron prédomine le tout et il faut faire preuve d'une concentration extrême pour déceler le goût de l'artichaut, de la palourde et un peu moins du jambon. Une surprise, un peu trop acide.





Et là, comme un messie, arrive le torchon de foie gras au confit d'oignons, et le foie gras poêlé sur un lit de lentilles avec une réduction de vinaigre de vin rouge au jus d'échalote. Les intitulés suffisent à faire saliver les papilles et je vous assure que le manger est bien mieux que le lire. Rien d'originale me direz vous ou même de très basque, qu'importe le foie gras poêlé sur lentilles propose une escalade de saveurs et de textures indicible. 
Le fondant-crémeux du foie gras légèrement caraméliseé au sirop d'érable, les lentilles, tièdes, à peine acidulées qui cachent quelques cristaux de fleur de sel je vous le dit, on approche d'un idéal culinaire.
Et on continue sur cette note sucré salé avec une figue farcie au jambon serrano et fromage mahon, on n'a qu'une seule envie garder la saveur en bouche le plus longtemps que possible, mais il faut quand même passer au plat.



Des aiguillettes de canard avec un risotto safrané pour l'un et un carré d'agneau sur champignons sauvages pour l'autre.
On renoue apparemment avec les déceptions, le carre d'agneau était copieux mais somme toute fade, les champignons n'y ajoutaient pas grand chose d'exaltant. Je ne me suis pas senti transporté et aucun parfum en bouche. C'est tout de même embêtant compte tenu de la qualité de la viande. Sans pour autant la dénaturer, les aromates ne sont pas une option, de l'ail, du thym, un sel épicé...



Bref, le risotto, qui accompagne le canard, avait au moins le mérite d'être réconfortant et les cuissons tout bonnement réussies.
Et comme le repas est visiblement en dents de scie on se réconcilie avec un dessert qui justifierait à lui seul que l'on revienne, une crème brulée au chocolat. Un poil meilleur que le gâteau au fromage sur sablé chocolaté.






En conclusion, encore une fois des éloges dithyrambiques pour une cuisine qui n'a pas encore atteint des sommets et est encore trop hésitante. Du pintxo au dessert c'est une succession de surprises bonnes et moins bonnes, qui donne peut être envie de retourner pour se convaincre que l'on n'a peut être fait les mauvais choix. Mais qu'est-ce qu'une bonne table sans constance?


Service: 8,5
Cadre: 8,5
Cuisine: 6,5
Note globale:7,8 



 
blogger