KEEP IN TOUCH

SEARCH

L'Un Des Sens.

Comme je vous le disais vendredi je n'avais pas particulièrement envie d'attendre pour me remplir l'estomac.
En nous promenant un peu sur l'Avenue Laurier nous avons trouvé un restaurant au nom évocateur et tentant; L'un des Sens. Vous vous doutez bien que le choix a été vite fait, l'offre est assez alléchante, peut être trop, 3 choix pour 33$. Alors toutes les combinaisons sont possibles, trois légumes, trois poissons, trois viandes, trois desserts, ou un mix de tout ça, au pire vous prenez le 4 choix pour 44$.
Il y a le risotto, ratatouille, cendrillon, tomates confites, la salade de betterave et de quinoa, le saumon poêlé, coulis de courge musquée au thé et crème d'oursin ou encore la croustade, pommes et poires sautées et glace au caramel.
Bref tout un programme de saveurs, de mélanges, d'ingrédients hors du commun, qui nous attend mais surtout qui fait saliver rien qu'à la lecture.

Je marque une petite pause pour parler du service qui, du début à la fin, nous a divertit et ravit, il volerait même la vedette aux plats. Le sourire y est, tout comme la connaissance de la carte et des plats, différent certes des grandes tables étoilées mais tout aussi appréciable. Merci Paule!



Revenons à nos moutons, ou devrais-je dire à nos assiettes, à nos papilles, à nos yeux.
On attaque avec le risotto et ratatouille, des légumes croquants qui se marient aisément avec le fromage de chèvre, un plat réjouissant. Puis on essaye la purée de pomme de terre, oignons caramélisées, gratinée au gruyère qui respire la générosité. Elle se déguste à la cuillère attention!, et est servie dans une mini cocotte comme à la campagne. Que de promesses avant la dégustation, puis comme un soufflé réussi, les attentes ne retombent pas après la première bouchée. Petit bémol la texture qui fait plus potage que purée. On n'est pas dans l'originalité mais dans la comfort food.



Si vous cherchez à éveiller ou plutôt éblouir votre palais, c'est avec le saumon et sa cuisson mi cuit, son émulsion d'oursin, la douceur de la courge musquée et les crevettes tendres que vous allez atteindre votre objectif. Tout est dans l'équilibre des saveurs, aux primes abords beaucoup d'ingrédients mais au final la perfection en bouche tant au niveau des textures que du goût. Moelleux du poisson et croquant de la macédoine de légumes.







Mais le soufflé se dégonfle d'un coup, le foie gras en surprise, est plus décevant que surprenant, du moins s'il s'agit bien de foie gras, on en cherche encore le goût. L'effiloché de porc, oui mais sans plus, un peu lourd.



Après l'oursin j'ose encore l'originalité, avec un carpaccio d'émeu. Oui oui vous avez bien lu de l'émeu (je ne mettrais pas de photos de l'animal de peur de vous choquer), une viande ultra rouge, fruitée, succulente.


Au niveau des desserts j'ai été gâté avec le gâteau au fromage sur tarte au sucre, croûte graham, coulis de bleuets. J'ai très vite regretté d'avoir regretté le gâteau au chocolat et marrons et sa crème anglaise au rhum. J'avais l'onctuosité indécente du fromage, le sucré puissant de la tarte au sucre contre balancé par le goût de la noix de pécan, et l'acidité du bleuet. Bref, il parait qu'on peut prendre trois desserts, je reviendrais. Le gâteau au chocolat en vérité rien de bien exceptionnel ou était-ce la crème anglaise. La croustade par contre a bien du mérite même si elle ne fait pas le poids face à ma tarte au sucre façon cheese cake.



J'ai passé un moment délicieux qui s'est fini par des rires, des fous rires et des éclats jusqu'au coucher, et oui la bonne bouffe ça rend euphorique.


Service: 8,5
Cadre: 6
Cuisine: 7
Note globale:7,1 



Enjoy!

 
blogger