KEEP IN TOUCH

SEARCH

Chronique d'un homme libre #3: Dernier Gastronomique en Martinique.




Une réservation pour 4 à Fleur de Sel, restaurant de cuisine française des propriétaires de l'Essentiel (Chronique d'un préparationnaire #10), quoi de mieux pour finir ce périple de deux ans en Martinique? Mais ne nous réjouissons pas trop vite, nous n'avons pas encore goûté...
C'est un dernier dîner mais aussi une première pour moi, j'ai décidé de prendre des photos des plats pour vous faire partager plus vraisemblablement mon expérience gastronomique. C'est parti.
Le cadre simple mais raffiné. De la délicatesse du verre des soli-fleurs, à l'élégance dénudé de la table et des murs, on plonge dans une ambiance ou rien ne détourne notre attention de la cuisine et de la beauté des plats, du moins c'est ce que l'on croit... Placé en patio on a la chance de profiter d'une semi fraîcheur, entourés de plantes tropicales, mais les chaises ne sont pas stables: pavés obligent. Petit Hic la table ne semble pas profiter de la végétation luxuriante, on troc la chlorophyle contre du plastique. Soit. Lumière légère, service impeccable on n'attend plus que la mise en bouche, étape obligée et décisive d'une table dite "gastronomique". 


Une verrine de rillettes de saumon et un petit croûton de pain ou que dis-je une rondelle de pain rassis. Petite-grande déception pour le premier contact gustatif, bien que l'on retrouve le goût du saumon, la verrine s'avère fade. Heureusement les cocktails que nous avons pris inhibent nos a priori. Bref, la carte inventive et équilibrée propose à la fois des produits locaux comme la langouste mais aussi des produits d'ailleurs comme le risotto. 


En entrée, des ravioles de langoustes avec une émulsion de curry rouge et une julienne de petite légumes. Un mélange assez complexe d'ingrédients qui fait perdre en fin de compte toutes traces d'un fil directeur: la langouste. Un goût subtil voire trop subtil au point que l'on en oublie ce que l'on mange, mis à part les baies rouges et la sauce peu onctueuse.


Le filet de loup en croûte de tapenade et son écume de beurre blanc, accompagné d'un risotto s'inscrit dans la même lignée que l'entrée. Un poisson en eau, fade à certains endroits. Le risotto quant à lui est une petite merveille culinaire, à la fois crémeux et puissant, il est savoureux.


Enfin, la viande, une noix d'entrecôte marinée au gros thym avec une cuisson tout bonnement réussie. De la cuisson à l'accompagnement: un écrasé de pommes de terre, en passant par le beurre persillé, on n'en a pas assez dans l'assiette. La viande est tendre et la chips de bacon sur l'écrasé contient la dose de sel de tout le plat. Avec cela une ratatouille de légumes croquants: pas mal.
En dessert, le menu Fleur de Sel propose une panacotta de fruits rouges et sa tuile caramélisée. Simple, léger, frais, bon mais nullement original.
Vous l'aurez compris on ne tarie pas d'éloges sur le second restaurant des Fisher, bien moins fameux que leur escapade orientale L'Essentiel.

Enjoy!

 
blogger