KEEP IN TOUCH

SEARCH

Chargement...

Chronique d'un préparationnaire #10:"20h30 Samedi soir: L'essentiel"


« Ton essentiel n’étant pas le mien et encore moins celui de l’autre, laissons nous empreindre des cultures, coutumes et certitudes de chacun afin que nous tous, puissions chercher, trouver et respecter ce qui fait de l’autre un être ou une chose désirée. » 

Les propriétaires de L'essentiel résument parfaitement la philosophie et la cuisine de l'établissement.
Après une quatrième visite, je ne regrette pas et je ne change pas d'avis quant au lieu. 
Un article s'imposait donc.

J'avais réservé chez Ti Tocques au Marin, mais la pluie a eu raison de mon premier choix (comble après une journée aussi ensoleillée). Michèle, Emilie Ludovic et Moi nous sommes rabattus sur le restaurant des Trois-Ilets. Et ce n'est pas pour me déplaire.

Alliance entre gastronomie et cuisines du monde, produits frais et saveurs, décor naturel, L'essentiel est sans nul doutes l'une des meilleures tables de Martinique. 
Dans une ancienne sucrerie, tout est fait pour nous plonger dans une atmosphère zen: les orchidées en fleurs, le mobilier entre osier, fer forgé, bois clair, le jardin tropical où bougainvilliers mauves, palmiers et nénuphars se côtoient harmonieusement.

Le service est irréprochable, sourire, timing, tenue: je pense que cela concours fortement au bon déroulement du dîner. En Bref, on s'imprègne, en même temps que l'on découvre le lieu, de la passion des propriétaires de recevoir mais surtout de partager leur goût de du Beau (des épicuriens comme Woods'n Lily les apprécie).

Nous arrivons enfin à la cuisine: vous vous attendez certainement à un éloge dithyrambique sur les saveurs, les mélanges, l'originalité et bien non. On est jusqu'au bout dans la simplicité mais franchement bonne. 
Carpaccio de noix St Jacques à l'huile de mandarine, salade mesclun, sablé au parmesan, saumon mariné à la vodka: une entrée fraiche et de quoi mettre en appétit. La chaire de la St Jacques douce et fondante rehaussée de citron et d'oignons pays, le sablé délicieux et croustillant (il faut que je trouve la recette), et le saumon pareil à la St Jacques fondant (par contre pas trop le goût de la vodka). 
Ravioles de langouste dans sa nage de bisque crémée, pas forcément mon coup de coeur, celles du Zandoli est meilleure et les sauces du Negressco restent en première place. 
Le foie gras de Raphaël, servi avec ses Toasts et ses figues fraîches caramélisées, une petite merveille ordinaire mais goûteuse.
En plat le sauté Thai de crevettes au basilique sacré est bon mais sans plus, la cuisson des crustacés parfaite et la sauce légèrement relevée. Le magret de canard grillé, purée de jeunes carottes au gingembre, nems de légumes est étonnant par la cuisson à point du magret, fondant, tendre et comme pour achever toutes critiques: goûteux. La purée, une vraie réussite et cela change des traditionnelles carottes vapeur. Le nem rien de plus qu'une poêlé de légume aux épices dans une feuille de brick, mais ce n'est pas assez pour nous dégoûter du canard. Enfin "El Asado" ou pièce de boeuf à la plancha accompagnée d'un gratin de pommes de terre et d'une sauce que l'on a pas honte de déguster avec du pain, et en parlant de pain le leur, avec des fines herbes et peu salé, chaud et craquant n'est pas mauvais du tout; bref la viande tendre, le gratin... hum et bien un gratin de pommes de terre. Pas très original en somme.
Tatin gourmande de Raphaël au dessert, coeur coulant au chocolat noir crème anglaise au Cointreau: on reste dans du traditionnel pur et dur, à l'exception de la tarte qui est servie froide, généreuse et savoureuse; que demander de plus?
La présentation des assiettes, la vaisselle épurée entre ardoises et bol à grand bord m'ont aussi tapé dans l'oeil ;).
Sur ce je ne peux que vous conseiller d'aller y faire un (et pourquoi pas plusieurs) tour!



Enjoy Woody gourmets!

 
blogger