KEEP IN TOUCH

SEARCH

Escale N°1: Direction l'Orient

Mon hédonisme n'a pas pour quête un plaisir égoïste et solitaire. Il est la recherche de l'exaltation des sens. Il est Apothéose. Mon hédonisme a pour modération l'épicurisme en son sens premier.

"Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi, ni à personne, voilà je crois, toute la morale ."Chamfort

Partant de ce constat sans équivoque je me décide à vous parler de ma semaine gastronomique from Guadeloupe en compagnie de Ludovic, Michelle et occasionnellement de Charline ;).

Nous avons commencé cette longue virée par une escale lundi dans un restaurant libanais Fairouz à Pointe-à-Pitre. Un petit restaurant familial à la décoration relativement sobre au ton bordeaux et à l'éclairage léger, qui propose entre autres spécialités libanaises, les kibbis Le tout sur fond de musique orientale traditionnelle ou revisitée. Le regard traîne le temps du service sur une collection d'objets anciens tout à fait hétéroclites allant de la théière à l'appareil photo des 60's.
Bref l'important ici est de parler de la nourriture (bien que le cadre soit pris en compte dans la notation finale tout comme le service). J'ai pris en entrée une part de sambousseks à la viande sorte de friand en demi lune farci de viande hachée, tout à fait exquis. Cependant le plat, un Kafta de boeuf avec du riz vermicelles était ce qu'il y a de plus fade.
Les boulettes de viande n'avaient aucun goût, la pomme de terre avait une texture farineuse et n'était pas assez cuite, le riz vermicelle semblait quelque peu rance.
Une déception totale que semblaient partager à moitié mes convives. En effet, quoi de mieux pour découvrir la cuisine libanaise qu'un MezzeKibbis, sambousseks divers, falafel, houmos, taboulé, brochettes, tout y était. Mais le goût était-il au rendez-vous?...hum pas réellement.
Une purée d'aubergine à l'arrière goût brûlé pour ne pas dire cramé, un falafel (boulette frite de pois chiche) trop sec et légèrement amer, des brochettes de poulet sans aucun intérêt gustatif.

Néanmoins aux ratés s'ajoutaient quelques réussites indéniables telles que les kibbis (quenelles de blé concassé farcis à la viande) servis chauds et croustillants, les sambousseks tant à la viande, au fromage( un fromage de chèvre léger), et aux épinards et tomates concassées et le taboulé, typique de la cuisine libanaise, riche en persil et en tomates fraîches agréable au palais par temps de chaleur.
Pour finir ce repas mi-figue mi-raisin, le dessert incontournable et sans doute l'un de mes favoris de manière générale, un knafe , petit gâteau au fromage frais parfumé à l'essence de fleur d'oranger saupoudré de semoule fine et arrosé d'un MIEL mi doux mi acidulé (seule réelle touche sucré de ce dessert mais parfaitement dosé) dont je n'ai rien eu à redire. Légèrement chaud ce dessert est un délice pour les papilles!
Compte tenu du lieu le service était à la hauteur, une proximité entre les clients et le serveur( qui n'est autre que le propriétaire). La décoration pas assez travaillée devient lassante au bout de quelques dizaines de minutes passées dans le restaurant. La cuisine pas réellement explosif ne marque pas les esprits outre mesure.

L'important n'est pas d'avoir un ou quelques mets de réussi, la qualité d'un bon restaurant est dans l'exécution en maestro de tous les plats proposés à la carte, ce qui n'était pas le cas.

Une bonne table pour un déjeuner tranquille, sans chichi, une nourriture familiale aux prix tout à fait abordable.

Service:6
Cadre:5
Cuisine:5

note globale: 5,33


 
blogger