KEEP IN TOUCH

SEARCH

Désarroi

Le radeau de la Méduse, Théodore Géricault 1817.

Marre de ces tics et ces tocs
Des tic-tac du temps
Des tocs tocs répétitifs sur mes tempes
Des tentations téméraires.
Marre des pardons parasites
Des pensées à panser
Des plaies pensées
Des promptes paroles.
Et marre encore, des fausses victimes
Des valeurs vagabondes
Des voiles diaphanes de la vie
Des aveugles victorieux
Des violences vautrées.
Je pense, hypocrite
Ces viles vérités, ces vicissitudes abjectes,
Ces frustrations fautives, fallacieuses.
Ces pactes taciturnes.
Je tente, faux innocent.
Des « je t’aime, un peu, moi non plus »
Des anticonformismes forcés, exagérés
Des sarcasmes, des mépris.
Je joue dramatique
L’esthète, le boiteux,
Le négligeant, l’hédoniste.
Le désarroi…
Marre je tergiverse !


 
blogger